Physical Address

304 North Cardinal St.
Dorchester Center, MA 02124

Une collaboration majeure entre les États-Unis et le Royaume-Uni pour assurer la sécurité de l’IA

Unissez vos forces pour tester la sécurité des modèles d’IA développés

Le gouvernement des États-Unis et le gouvernement britannique ont signé un mémorandum d’entente pour unir leur efforts dans le test de la sécurité des modèles d’IA développés par des entreprises telles que OpenAI, Google et Anthropic. Le focus de ce partenariat est de développer des batteries de tests pour évaluer les risques et garantir la sécurité des modèles d’IA avancés qui devraient être mis en circulation dans un avenir proche.

Un premier arrangement bilatéral d’importance mondiale en matière de sécurité de l’IA

Ce partenariat entre l’Institut de Sécurité de l’IA du Royaume-Uni et son homologue américain vise à partager des connaissances techniques, des informations et du personnel afin d’améliorer les évaluations de la sécurité de l’IA. Cet arrangement bilatéral sur la sécurité de l’IA entre les États-Unis et le Royaume-Uni est le premier en son genre au monde, avec l’intention de collaborer avec d’autres pays à l’avenir.

L’initiative est motivée par la conviction que l’IA est la technologie définissante de notre génération et les efforts en faveur de la sécurité de l’IA sont vitaux pour la sécurité nationale et la société en général. Alors que ce partenariat américano-britannique se concentre sur les tests et les évaluations, d’autres gouvernements à travers le monde prennent également des mesures pour réguler les outils d’IA afin de protéger les droits et la sécurité.

READ  Les familles des victimes d'Uvalde poursuivent Meta et Activision

Les réglementations de sécurité de l’IA ailleurs dans le monde

La Maison Blanche a signé un décret pour garantir que les agences fédérales n’utilisent que des outils d’IA qui ne mettent pas en danger les droits et la sécurité du peuple américain. De son côté, le Parlement européen a approuvé une législation pour réguler l’IA, y compris l’interdiction de l’IA qui manipule le comportement humain ou exploite des vulnérabilités, des systèmes de catégorisation biométrique basés sur des caractéristiques sensibles et le grattage non ciblé de visages pour la reconnaissance faciale. La législation nécessite également une étiquetage clair des deepfakes et autres contenus générés par l’IA pour informer le public de leur nature.

La collaboration entre les États-Unis et le Royaume-Uni vise à approfondir la compréhension des systèmes d’IA, à effectuer des évaluations robustes et à fournir des orientations rigoureuses pour adresser les risques de l’IA. Le premier arrangement de ce genre dans le monde, il soulève l’espoir que d’autres pays suivront le même chemin pour assurer un futur numérique sûr et bénéfique pour tous.

Camille
Camille

Moi c'est Camille, votre blogueuse tech préférée ! Je partage ma passion pour les gadgets révolutionnaires, les applications innovantes et les tendances numériques qui bouleversent notre quotidien.

Que vous soyez un techophile chevronné ou un novice curieux, mon blog est votre havre de paix digital.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *